Paradoxe.

Je suis heureux de vous inviter à l’ouverture de la galerie de
« l’Œil Oblique »

 le samedi 1er juillet
à partir de 17 heures
au 17 rue des Halles à Celles sur Belle 79370.

J’aurai le plaisir de vous présenter les deux expositions de l’été :

  • Verlaine sensible et sensuel. Quand la technique et la sensibilité de Gabriel Lefebvre se mettent au service de la poésie pour nous faire découvrir ou redécouvrir la poésie  de Verlaine.
  • La petite chèvre de Madame Seguin. Il était grand temps que la chèvre ne se fasse plus manger par le loup au prétexte qu’elle n’empruntait pas les chemins habituels. C’est désormais chose faite…

Par ailleurs, deux nouveaux livres viennent d’être édités  « les humeurs du lundi de l’année 2016 », et « La petite chèvre de Madame Seguin », Accompagné par Sabine Louys au violoncelle, j’aurai l’occasion de vous les faire découvrir ce 1er juillet à partir de 18 heures.

Enfin,  pour cet été, j’ai décidé de proposer « les samedis lecture de  l’Œil Oblique ». Chaque samedi des mois de juillet et d’août je proposerai à 17 heures une lecture de certains de mes textes, mêlant la poésie et l’humour.

En espérant vous retrouver très bientôt, bien cordialement

Eric Gautier

Paradoxe

A n’en pas douter,  on va sans aucun doute entendre parler de raz de marée sur les plages de la macronie, à moins que ce ne soit un tsunami et que le niveau de la mer monte violemment suite  à un tremblement de terre qui secoue les profondeurs marines.  Peut être va-t-on filer la comparaison météorologique en reparlant de Xynthia,  la conjonction de plusieurs phénomènes politiques majeurs :

  • Un gouvernement qui a perdu sa boussole depuis un bon moment confondant allègrement bâbord et tribord et qui va poser ses filets dans des secteurs de pêche qui devraient lui rester étranger…
  • Des pêcheurs à pied  tout heureux que le coefficient de marée électorale dégage longuement l’estran et qui se font piéger les pieds emberlificotés  dans leurs filets de pêcheurs de crevettes quand la marée des affaires fait remonter les vagues…
  • Une forte dépression de tous ceux qui, ne croyant plus à la pêche aux voix, ont décidé de rester à la côte…

Toujours est-il que c’est un sale temps qui s’impose, un gros temps, un temps de coup de chien, un violent coup de tabac… Ceux qui n’ont pas leurs bouées, sont noyés les premiers… La vague frappe aussi ceux qui savaient nager…  La tempête est aveugle, elle balaie la plage, l’eau monte, le vent forcit et quand la mer se retire, on compte les dégâts…

Et l’on s’apprête à publier les bulletins de décès, certains attendent encore un peu,  croyant à la résurrection… d’autres égrènent  les noms…

Mais il y a aussi tous ceux qui se réjouissent… tous ceux qui vont reprendre les grands terrains de pêche… la marée retirée,  la tempête s’oublie… On va donc très bientôt repartir à la pêche…

Je ne sais si la métaphore météorologique épouse totalement le monde politique, ou ce qu’il en reste après la tempête, mais il est quand même paradoxal que le Président  le plus mal élu de la Vème République,
– 18,19% des électeurs inscrits lui ont accordé leur confiance au premier tour, moins d’un français sur cinq- se retrouve avec une chambre introuvable, une majorité absolue qui sera l’une des plus importantes de la Vème  République ! Il y a quelque chose qui ne fonctionne plus dans les institutions et leur  système électoral !

Ce paradoxe risque bien de remettre en cause l’équilibre entre les pouvoirs législatif et exécutif. Débuter le mandat par des ordonnances, c’est-à-dire en se passant des députés fraichement élus en sera la première illustration.
Comment par ailleurs, faire fonctionner une démocratie avec une  opposition réduite à une peau de chagrin électoral, qui portera la voix de l’opposition sinon la rue ?

Enfin, au bout du quinquennat, quand la politique aura produit les effets désirés par les libéraux, quand elle aura creusé les inégalités, et transformé les travailleurs en travailleurs pauvres, qui sera en mesure de faire vivre l’alternance, pour emmener le pays sur d’autres rives ?

La réponse aujourd’hui passe obligatoirement dans un premier temps par une clarification politique. Celle-ci aura lieu lors du vote de confiance demandé par le prochain gouvernement à l’Assemblée nationale. Nous saurons alors qui est en mesure d’appuyer voire de mettre en œuvre  la reconstruction des idéaux de gauche.

Le Quaireux le 19 Juin 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *