un nouvel article

Deux poids, trois mesures…

 

Ce mardi 26 janvier était un mardi de grogne sociale. C’est ainsi que les fonctionnaires, les taxis et les agriculteurs, et se sont retrouvés dans  la rue pour  crier qu’ils n’en pouvaient plus,  du gel du point d’indice pour les uns, de la concurrence déloyale pour les autres et des prix de production trop bas pour les derniers.
Les premiers ont défilé sagement dans les rues derrière les banderoles de leurs organisations syndicales, les seconds ont bloqué la circulation, les périphériques et les aéroports, enfin les derniers ont déversé du fumier, de la paille et fait brûler des pneus usagers aux carrefours  stratégiques et aux portes des préfectures.

La manifestation des premiers était encadrée et suivie de loin par les forces de polices, celles des seconds a eu droit à quelques interventions policières et à un certain nombre d’interpellations et le déversement de fumier de la dernière a été observé de loin par les CRS sans aucune intervention… on ne va quand même pas interpeller les tracteurs et les tonnes à lisier… d’autant plus que tout ce matériel agricole est sans doute encore propriété de la grande banque verte !

Venons-en aux résultats. La première manifestation a fait l’objet d’un total mépris de la ministre de tutelle, qui a déclaré que le point d’indice n’avait que très peu de chance d’être dégelé , rigueur budgétaire oblige !… la seconde a eu le privilège de se voir  nommer un médiateur pour ouvrir les palabres dans quelques semaines et la dernière a été dotée d’ une enveloppe de 290 millions d’euros de la part de son ministre…  enveloppe à laquelle il faudra ajouter une subvention des collectivités locales pour réparer les dégâts occasionnés  par les damnés de la terre…

Moralité l’état d’urgence n’est pas l’état d’exception, comme d’habitude si tu veux être entendu, il faut brasser la merde !

EG 27 janvier 2016

Site personnel et galerie L'Œil oblique