Les trois temps de la Valls à Manuel…

Premier temps

Prendre un sujet symbolique de « réforme », façon « loi sur le travail ». Commander, préalablement un ou plusieurs rapports sur le sujet. Préparer quelques fuites, savamment organisées vers la presse bien avant la mise en discussion officielle. La remise d’un des rapports commandés est un excellent moment pour ce faire…
Accompagner les fuites de quelques coups de menton bien sentis, pour montrer que l’on n’est pas un dégonflé et bien sûr faire des annonces  totalement maximalistes.
Attendre les premières réactions virulentes… elles ne devraient pas tarder et surtout garder un œil sur les sondages…

Deuxième temps

Donner  alors l’apparence de la concertation en ouvrant des rencontres avec l’ensemble de ceux que, dans cette phase, on appelle partenaires .
Laisser un peu de temps au temps, comme disait…  juste histoire de faire croire que l’on souhaite le débat…
A la suite de ces rencontres, lâcher un peu de lest sur un ou deux  sujets mineurs de façon à donner un peu de grain à moudre à certaines organisations syndicales, cela permettra à leurs dirigeants de faire croire qu’ils auront obtenu quelque chose et qu’il vaut mieux s’asseoir à la table du débat.
La presse les qualifiera  alors de réformistes ce qui, par les temps qui courent, peut apparaître positif aux yeux de l’opinion. Cela permettra de les opposer aux autres syndicats, que vous pourrez qualifier de révolutionnaires si la rue cherchait à entrer dans le débat.  En ce cas, n’oubliez  pas d’en appeler à l’unité de la Nation puisque nous sommes en guerre…

Troisième temps

Maintenir l’essentiel des mesures, les faire voter en jouant la carotte et le bâton avec les députés et sénateurs de sa propre majorité, faire donner pour cela les professionnels des arguments de langage…  puis les professionnels de la menace  discrète… gare à ton investiture…  attention à ta vice-présidence…

Trois  risques majeurs sont cependant à relever :

  1. Mécontenter tout le monde…  Il conviendra alors de se draper dans les habits d’un « vrai réformateur » qui vise le bien de la Nation,  au delà des intérêts particuliers !
  2. Diviser ses propres partisans et réduire la base sur laquelle on avait été élu… Qu’à cela ne tienne : si la gauche vient à manquer, appuyez-vous sur la droite ! Vous pourrez toujours chercher à faire porter la responsabilité de la division sur ceux de votre propre camp qui vous contestent. Traitez-les alors de frondeurs avec le plus grand mépris …
  3. Donner l’impression de l’impréparation et d’un amateurisme gouvernemental. En ce cas, faire croire au contraire qu’il s’agit d’une méthode d’écoute et de concertation…

Le danger d’entrer ainsi dans une Valls éperdue, c’est qu’à force de tourner sur soi, on risque soit de se marcher sur les pieds soit de perdre l’équilibre et de voir trente six chandelles… plus dure sera la chute !

2 réflexions au sujet de « Les trois temps de la Valls à Manuel… »

  1. Excellent. Merci pour ce bon moment, Eric.

    « Le 1er Ministre fait un pas en avant et 2 pas en arrière sur toutes ses réformes.
    C’est con de t’appeler Valls quand ton truc c’est le tango… »
    Jean-Moundir @supermegadrivin – 12:14 – 18 Mars 2016

  2. Et une partie de la société civile, tous âges confondus, est en train de mettre en musique le quatrième temps, celui de la légitime révolte contre l’arrogance et la bêtise.
    Quand on essaye de gérer un pays comme on gérait, en son temps, un parti politique, voilà ce qui arrive.
    A force de vouloir contenter tout le monde, on ne contente personne et on réussit à … mécontenter tout le monde et
    diviser ses propres partisans et réduire la base sur laquelle on avait été élu (réduire est un mot bien faible ! Pulvériser ? Atomiser ? …). Quant à « l’impréparation et d’un amateurisme gouvernemental », n’est-ce vraiment qu’une impression ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *