le voile et la transparence

Selfie par-ci, selfie par là… dans la  « société selfie », la primauté absolue de l’image nous entraine sur les rives d’un narcissisme exacerbé qui  a envahi progressivement le plus profond de notre vie privée. Il arrive parfois à ce narcissisme de mettre à gripper  les rouages des différentes strates de nos institutions publiques. L’image arrachée à l’intimité et l’image  de soi exhibée pour finir jetée en pâture aux médias sont  devenues  la  norme de l’ordinaire. Au nom désormais de la  transparence. Il était tout à fait normal qu’un Président qui se voulait ordinaire se retrouve en conformité avec la norme…

La transparence d’une robe laisse voir l’intimité de ce qui était supposé rester caché, ou à tout le moins ce qui ne peut s’exposer sur la place publique sans que l’on parle dans le meilleur des cas d’impudeur et dans le plus mauvais d’attentat…

Il n’est donc pas question de jeter un voile pour cacher la transparence ! Laïcité oblige ! Un voile à l’Elysée, dans le palais de le République ! Vous n’y pensez pas ! De là à penser que le Président  a dit «  ce qu’il ne devait pas dire » à deux journalistes pour appliquer le principe constitutionnel de la laïcité, il n’y a qu’un pas que je franchis allégrement. Je ne comprends pas que ses détracteurs de tout bord  n’aient pas un instant pensé qu’il pouvait en être ainsi !

Ceux là devraient également considérer qu’il est quand même préférable, quand on est Président, de se confier à deux journalistes plutôt qu’à se laisser aller sur un oreiller. Dans tous les cas on sait pertinemment  que l’épanchement débouchera sur  des révélations, que les révélations donneront lieu à un exercice journalistique qui lui-même se glissera dans les pages d’un livre. Ne vaut-il donc pas mieux faire confiance à la déontologie journalistique plutôt qu’à la rancœur d’un amour éconduit  de journaliste?

Un Président transparent et ordinaire, voilà qui devrait redonner le moral à tous les français. La dégustation des croissants chauds du petit matin n’est-elle pas à la portée de tout un chacun ?…  Et quoi de mieux pour mettre du soleil dans une journée qui se lève ?

A partir de là, la fonction de Président devient accessible à tous les citoyens en mesure de conduire une mobylette et de porter un casque! C’est aussi ça la démocratie !   C’est en tout cas le sentiment que m’a donné le débat de la primaire de droite : ils sont tous capable d’être « Président-mobylette », pas forcément  « Président grosse cylindrée »!

Et le secret dans tout ça ? Laissons-le se reposer dans l’Histoire, pas question non plus de lever le voile pour lever le secret… le secret appartient aux hommes de pouvoir, aux monarques, fussent-ils républicains !

le Quaireux le 24 octobre 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *