Laïcité

La déclaration liminaire de la charte  « Ma commune sans migrant », opération lancée par des élus du Front National, se réclame de la Laïcité, comme je l’indiquais dans mon dernier billet.  Permettez-moi de revenir sur ce sujet.

La laïcité est devenue aujourd’hui  un mot valise. Tant qu’on ne l’ouvre pas on s’accorde pour dire qu’il s’agit d’une spécificité française, mais dès que l’on va voir ce qui se cache à l’intérieur, on se rend vite compte qu’elle recèle de nombreuses contre-vérités historiques et des utilisations nauséabondes.

Désormais, l’extrême droite se réclame de la laïcité ! Bigre ! Les promoteurs de la manif pour tous, les égreneurs du chapelet de Monseigneur Lefebvre, les adorateurs de la Jeanne, les pourfendeurs de l’IVG, les promoteurs de la race blanche, les catéchumènes du droit du sol, les grenouillauds de la sacristie de Saint Nicolas du Chardonnet, les intégristes du goupillon, les adeptes des écoles confessionnelles, tous ceux là sont désormais laïcs ! Merveille de la conversion  qui provoquerait plutôt un haut-le-cœur absolu !

La laïcité utilisée ici comme défense de la chrétienté  face à  l’Islam pour affirmer  l’identité française et les racines chrétiennes de la  France voire de l’Europe, constitue  une véritable imposture intellectuelle. Le Front national ne prend dans la laïcité que ce qui l’intéresse, le refus républicain du communautarisme. En instrumentalisant la laïcité contre l’islam, Il oublie au passage l’article  premier de la constitution: « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. »

Sans grande surprise, on trouve aussi dans la valise les fidèles tenants de la Sarkozie, ils donnent joyeusement le bras aux fils putatifs de la cagoule en espérant rattraper leur bulletin de vote. On leur doit beaucoup à ceux là ! D’abord ils ont fait une OPA sur le mot république en se baptisant : « les républicains ! », ils interdisent désormais aux descendants de Jaurès, de Jean Zay ou de Mendès France de se dire républicains ! A moins qu’obsédés par la petite taille de la France, ils aient chaussé leurs talonnettes pour être à la hauteur des Républicains américains, « trumpisation » oblige !
Ils ont cependant oublié en se glissant dans la valise, que la laïcité repose sur la séparation des Eglises et de l’Etat. De toutes les églises, qu’elles soient chrétiennes, islamiques, juives, bouddhistes ou qu’elles se réfèrent à toute autre croyance. Il devient en effet acrobatique  de se réclamer de la  laïcité pour  lancer un mot d’ordre d’exclusion au nom de l’identité nationale….

En cherchant bien dans la doublure, on va sans doute trouver les promoteurs d’une laïcité qualifiée, c’est-à-dire tous ceux, ils sont assez nombreux, qui ont besoin d’un adjectif pour définir  la laïcité. Celle-ci devient alors « ouverte » par opposition à une laïcité qui serait fermée ! Ou bien alors « nouvelle » par stigmatisation d’une laïcité « ancienne » donc dépassée… Cette laïcité là se rattache souvent à la tolérance. Tolérer les autres religions et les autres croyances,  sans se rendre compte que la tolérance n’est que l’acceptation de ce qui ne devrait pas être. On tolère la présence de motos sur un trottoir où le stationnement est interdit, signifie que l’on ferme les yeux sur l’interdit…  Du reste dans l’histoire les édits de tolérance n’ont jamais placé les différents cultes sur un pied d’égalité. Le culte protestant était simplement toléré. Ainsi la laïcité est la condition de la tolérance, elle n’est pas la tolérance.

Ceux là oublient aussi que la laïcité, avant d’être du ressort de la morale, est un concept politique d’organisation de la société, qui veut que les croyances quelles qu’elles soient sont du domaine de l’intimité, dans la sphère du privé, que la sphère publique du politique doit respecter et traiter dans l’égalité.

Le Quaireux le 6 novembre 2016

2 réflexions au sujet de « Laïcité »

  1. Une bonne lecture sur le sujet, un discours qui peut déranger mais pourtant….
     » silence coupable  » de Céline Pina aux éditions Kero.

    Andre Beville

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *