Archives de catégorie : L’humeur du lundi

Et pendant c’temps là…

Le monarque pourra toujours remercier, le tandem Jospin-Chirac d’avoir  inversé le calendrier électoral en plaçant les législatives juste après les présidentielles. La peur de la cohabitation disait-on à l’époque…  Cette inversion du calendrier va permettre au président de régner en monarque, avec une chambre que l’on ne va pas tarder à qualifier d’ «introuvable »… en souvenir de Louis XVIII et de la Restauration… C’est en tout cas ce que prédisent les sondages… Désormais le Monarque n’a plus peur de la cohabitation. Et du reste, avec qui pourrait-il cohabiter puisque les oppositions sont laminées. Elles sont laminées depuis qu’il leur a ouvert la porte de son gouvernement… et on ne résiste pas à une porte qui s’ouvre… l’ouverture crée un appel d’air qui balaye d’un coup toutes les velléités de résistance…
Le problème est réglé : la droite de la gauche, la gauche de la droite et le centre du centre siègent désormais  à la droite du monarque pour certains, à sa gauche pour d’autres, sur un strapontin pour quelques uns, les plus culottés cherchent encore  le centre pour garder leur équilibre… Il ne faut surtout pas chercher de significations politiques à la position des uns et des autres autour de la table, l’essentiel étant qu’elle tourne…

Etre en marche en restant immobile, comme un adjudant devant son drapeau, se dit poireauter, Poireauter, c’est attendre, attendre l’ordre, l’ordre non pas de se mettre en marche, mais de lever le bras pour voter ou à la rigueur d’appuyer, sans se tromper, sur le bouton pour un vote électronique.

Voilà le sort promis aux futurs députés du monarque…Ils s’y sont du reste engagés.  Et je trouve ça tout à fait cohérent et logique. Comment pourrait-il en être autrement quand on confond présidentielles et législatives au point de distribuer des papiers qui ne mentionnent que le nom  et la photo du monarque en ignorant totalement le nom et la photo du candidat député ?

Ainsi les mordus de la macronie pourront voter quatre fois pour leur icône… quel bonheur ! C’est quand même beaucoup plus simple quand tous les députés s’appellent Macron, naturellement monsieur ou madame pour respecter la parité ! C’est plus simple et ce sera aussi efficace que s’ils s’appelaient Dupont, Durand, ou de Nemours. Puisqu’ils vont voter comme un seul homme, autant qu’ils s’appellent tous Macron.

Et pendant c’temps là…
Le Grand Moralisateur du gouvernement, appelle un directeur de Radio France pour se plaindre d’une émission, sur les emplois  fictifs d’assistants parlementaires au sein de son parti… Ca ne peut pas tomber mieux ! Puisque c’est le Grand Moralisateur qui commande à la justice, pourquoi ne pourrait-il pas commander aussi à la presse et menacer d’engager des poursuites contre les journalistes?  Heureusement que le Grand Moralisateur nous  précise : «Ce n’est pas le Ministre de la Justice ni le Président du MoDem qui a appelé, c’est le citoyen… ». C’est ça le cumul des fonctions, une première marche vers la schizophrénie…

Et pendant c’temps là…
On prépare la fin de l’état d’urgence ! Bein mon Colon ! Si on faisait passer toutes les mesures de l’état d’urgence dans l’état ordinaire de la loi ?   Ce serait quand même plus facile de le supprimer pour faire croire qu’on a jugulé le terrorisme. Il suffirait alors d’appliquer la loi !  Affirmatif mon Collomb ! Vas-y Gégé !

Et pendant c’temps là…
On se prépare à ordonner ! Le Grand Ordonnateur prendra les ordonnances et pour cela fera voter les députés tout fraîchement élus, pour  dire qu’ils ne vont plus voter …  Ils vont se dessaisir …  Ils vont se faire harakiri !  Mais s’il trouve les députés trop cons pour voter la loi…  il va multiplier les emplois fictifs…

Et pendant c’temps là…
Dans les conseils de classe de fin d’année une seule question est posée par le professeur principal : qui va porter le bonnet d’âne ? Et qui donc va redoubler ? Par contre, croyez- moi, il ne faut surtout pas faire redoubler un ministre en exercice, même si son exercice est faux… Il est tellement sûr d’avoir raison contre vents et marées qu’il vaut mieux le laisser passer  sans examen de passage pour qu’il ne fasse que passer !

Et pendant c’temps là
Sans rien dire, on s’apprête à changer de monde en remplaçant les cotisations sociales payées sur les salaires (cotisation chômage et cotisations santé) par une hausse de la CSG. Finie la gestion paritaire… l’Etat reprend la main…  et décide tout seul de la hausse de la CSG…

Et pendant c’temps là…
Les conservateurs prennent la pile sur l’autre bord du Channel, il y a vraiment des jours où on se mettrait à adorer follement le gigot à la menthe…

Le Quaireux le 12 juin 2017

Dénonciateur, non! « aviseur », oui!

 

Dans la loi de finances 2017, un amendement proposé par 26 députés socialistes légalise à titre expérimental pour une durée de deux ans, la rémunération de la dénonciation d’un contribuable. Le vocabulaire du rédacteur s’est entouré d’une pudeur toute  en conformité avec la dignité de l’Assemblée puisque « celui qui donne » ne saurait être une « balance »,  pas plus un informateur, pas plus un indicateur, pas non plus  un délateur, encore moins un dénonciateur,  encore moins un rapporteur qui aurait fait un peu trop cour de récréation :

« Rapporteur à la maison qui reçoit des coups d’bâtons
Rapporteur à l’école qui reçoit des coups d’casseroles
et rapporteur aux impôts qui va toucher le gros lot… »

Non celui qui soupçonne son voisin… et qui le fait discrètement savoir à la direction des impôts la plus proche,  est tout simplement un « aviseur » .  Merveilleuse langue française qui néologise à tour de bras pour masquer  une réalité peu reluisante grâce à des mots flambant neufs…

 « L’avisage » ne se fait pas à découvert, il doit être signé, mais la direction des impôts s’engage à lui donner un caractère d’anonymat… ce qui serait bien utile au cas où « l’aviseur » oublierait par simple distraction de déclarer ce revenu supplémentaire… à moins que pour impulser la mesure, les revenus de « l’avisage » soient considérés comme une niche fiscale nette d’impôt.

Moralité, (si le mot a encore un sens…) : un bon citoyen dénonce son voisin !
Il parait que ça se fait déjà en Allemagne, et ça s’est déjà fait en France aussi… Il y en a même de  très zélés qui faisaient des listes, tant ils avaient de voisins… c’est une vieille histoire,  pourquoi alors la remettre au goût du jour ? N’y aurait –t-il pas quelque chose d’indécent à prétendre que la méthode a fait ses preuves ?

Après l’entrée dans la loi par le truchement d’un amendement à quand l’inscription du principe de «  l’avisage » dans la Constitution ?

On pourrait même envisager un « avisage citoyen » c’est-à-dire bénévole pour éviter la professionnalisation… après tout, moi j’avise et c’est à la justice de vérifier si mon « avisage » est justifié… et tout cela gratuitement, un geste désintéressé, un acte gratuit en quelque sorte…

Mais quand même, dès que « j’avise », je fais surtout savoir que j’ai «avisé », parce que c’est là l’essentiel.

Je suis l’exemple de Mme Sophie Montel, députée du Front national au Parlement européen, qui avise la justice du cas de 19  parlementaires européens soupçonnés d’emplois fictifs… alors même que sa cheftaine de parti, Marine Le Pen, refuse de répondre aux convocations des juges pour le mêmes raisons …
Je suis aussi l’exemple, tout aussi brillant, du Parti républicain, sur l’air de « y a pas d’raison qu’ils gardent les mains blanches » alors que nous on en a pris plein la tête…. Vive la revanche dans les médias et les réseaux sociaux…

Parce qu’il est évident que fondées ou non, justifiées ou non justifiées, ces plaintes vont être reprises par l’ensemble des mouches et des moustiques plus préoccupé par les indices de l’audimat ou le bzz que par la vérité des faits.

Je ne suis pas certain qu’une loi quelconque puisse mettre un coup d’arrêt à la fois aux pratiques  que la justice condamne déjà, mais également aux pratiques  des délateurs de vérité qui manipulent l’information en faisant croire qu’ils veulent laver plus blanc que blanc. La campagne sur la moralité publique, qui affirmait qu’il y aurait un avant et un après Macron, revient comme un boomerang au visage de ses promoteurs.
Non pas,  parce que certains promoteurs de cette campagne seraient eux aussi pris sur le fait de traîner des casseroles, mais parce que cette loi à venir mélange deux registres qui  sont étrangers.
La morale est de l’ordre de la conduite individuelle, de la conscience personnelle c’est à dire du privé et la loi est de l’ordre de la justice, elle organise le collectif, la vie sociale, elle est de l’ordre du public parce qu’elle s’impose à tous. Ainsi une condamnation ne peut venir que d’un manquement à la loi et non d’un manquement  à la morale.
Vouloir faire de la loi un instrument de la morale est en ce sens une ineptie, qui ouvre la porte aux intégrismes, c’est en effet  ce qui se passe dans les pays où règnent en maitres les pourfendeurs de vertus et les polices religieuses.

En tout cas, pendant c’temps là, sans que personne ou presque n’en parle, mais la « société civile » s’assied dans  les fauteuils des ministères, voici les anciens, d’Areva, de Thalès, de Citigroup HBCS, du Crédit Agricole,  des Aéroports de Paris, de Danone Nestlé, de Schneider Electric, d’Esso Total,  de Dassault système d’Havas et de MSC Croizières qui prennent les commandes de l’Etat… La loi sur la moralisation va-t-elle renforcer la prise légale d’intérêt ?

Le Quaireux le 5 juin 2017

Question d’étiquette…

Depuis quelques temps, en consommateur avisé, je me suis évertué à découvrir la poésie des étiquettes. Le repérage des conservateurs, la mise à jour des antioxydants, le nombre important de pincées de chlorure de sodium, la qualité nutritionnelle du pâté d’alouette, la localisation précise des organismes génétiquement modifiés,  le dépistage systématique de l’amidon frelaté, la reconnaissance des émulsifiants, la mise en lumière des exhausteurs, le déchiffrage des acidifiants et enfin  le coloriage des colorants. J’ai travaillé d’arrache-pied pour être performant dans les rayons à  tel point que ma méthode de lecture me semblant tout à fait efficace et efficiente, j’ai décidé de tenter un transfert  pour décrypter les arcanes des étiquettes politiques.

Et là, il faut bien dire que ce n’est pas une petite bière…

Je me suis d’abord mis à chercher un label, me disant qu’un produit labellisé était sans doute un bon produit…  J’ai  rapidement trouvé au beau milieu du magasin les  produits MP – Majorité présidentielle- . J’ai inspecté la marchandise sous toutes les coutures sans jamais en trouver l’étiquette,  impossible de me repérer dans la composition… alors dans le doute, j’ai changé de rayon !

Pour les autres produits, j’ai très rapidement repéré les conservateurs. Il y en avait bien sûr de  plusieurs types sur les rayons : ceux qui en famille  et après le travail,  rendaient grâce à la patrie. Ceux qui cherchaient désespérément un vin de messe sans sulfite pour prouver l’identité chrétienne de  leurs origines. J’ai également rencontré quelques nostalgiques  de la gégène qui refusaient de regarder en face une tête de gondole au prétexte qu’elle proposait un couscous Garbit en promotion.
Il y avait ceux qui avaient pris la mauvaise habitude de changer de nom pour tromper le lecteur d’étiquettes : aujourd’hui LR, il y a peu  Les Républicains, un peu avant RPR, encore avant UMP encore avant UNR, et enfin en remontant à la nuit des temps RPF ! Mais oui mon général !
A ma grande surprise, j’ai retrouvé sur l’étagère quelques produits labellisés MP rangés avec les conservateurs, preuve que dans cette grande surface c’était un peu le foutoir !

Mes recherches m’ont permis de mettre à jour les « émulsifiants qui font mousser »  inscrits sur l’étiquette et je suis d’un coup devenu  un émule des émulsifiants car pour faire carrière il faut absolument faire mousser pour se donner un peu d’épaisseur.
Alors, j’ai décidé d’anticiper la prochaine loi sur la morale en politique et la limitation des mandats. J’apprends déjà à faire mousser, parce qu’à 18 ans je ferai maire, pour trois mandats pour trois mandats comme la loi m’y autorise, à 36 ans, 18 ans plus tard je ferai conseiller départemental, à 54 ans, 18 ans plus tard, je ferai conseiller régional et j’irai jusqu’à 72 ans, puis je ferai député pour trois mandats jusqu’à 87 ans, et pour couronner le tout,  je ferai sénateur pendant trois mandats, on n’est pas chien ! Jusqu’à 102 ans. Là je retrouverai les Dassault et Dassault, père et fils, que j’avais, du reste,  déjà rencontré au rayon des conservateurs… Je commencerai à penser à la  Présidence de la République, qui n’est certainement pas un mandat pour les jeunots !
Pour en arriver là, il faut bien sûr une grande quantité d’émulsifiants pour faire mousser ! Je crains fort qu’il faille aussi quelques résidus  de conservateurs et quelques antioxydants pour être certain d’être bien conservé !

Je me suis enfin penché sur les colorants. J’ai écrasé quelques cochenilles pour faire du rouge encore plus rouge, bien « melenchonné »  il garde sa couleur. Je me suis procuré quelques «graines d’Avignon » bien mûres, mais le vert qu’elles ont donné n’était pas du tout stabilisé, trop attiré par les couleurs voisines pour s’inscrire sur une étiquette…

 J’ai repéré des produits mutants qui changeaient de couleur en fonction  du temps… rose très très pâle dont il aurait fallu  dare-dare regonfler  le chromatisme sous peine de les voir  finir dans l’anémie absolue… Depuis longtemps il y avait de simples nuances de couleur… un petit peu plus foncé par ci  ou un petit peu moins par là, les produits présentés sur le nuancier restaient chromatiquement compatibles.  Mais depuis que les couleurs primaires ont refait surface, la peinture se fait au couteau et la rose prend son  poing dans la gueule…
PS : autrement dit post scriptum,  c’est ce que l’on écrit à la fin… de toute façon la marque est épuisée, elle va changer de nom… Et c’est pourquoi aujourd’hui, elle n’a plus d’étiquette !

Et là, j’avoue que même si je n’ai pas le goût de la délation, je crois bien que je vais faire des signalements à la répression des fraudes. Car comme s’y reconnaître s’il n’y a pas d’étiquette ! On peut passer d’une crèmerie à une autre sans même que le crémier s’en aperçoive…  comment affirmer alors la traçabilité ?

Méfiez-vous des produits sans étiquette, vous n’allez pas vraiment savoir ce que vous achetez… Méfiez vous aussi des étiquettes vides, celles qui ne disent rien de la composition des  produits que vous mettez dans l’urne…, du vin de Touraine ou du Jésus de Lyon…  Il y a là de fortes chances qu’en fin de compte il y ait tromperie sur l’étiquette !

Le Quaireux le 28 mai 2017